A quelle température boire mon Champagne ?

Ça y est, c’est l’heure de l’apéro ! On sort les bouteilles de Champagne et les verres. Mais par contre, le gros problème, c’est la température. Hors de question de mettre les bouteilles au congélo, pas non plus de glaçons (vous êtes fous ou quoi ?), alors comment faire pour garder une bouteille au frais ? Et à quelle température boire son verre ? Voilà toutes les réponses aux questions que vous vous êtes déjà posées (ou pas) !

 

Parlons froid

Bon, déjà, avant toute chose, pour boire du Champagne dans des conditions idéales, il faut avoir un réfrigérateur, ou frigo pour les intimes. Parce que le Champagne chaud, c’est très honnêtement pas bon. Donc, le frigo, il ne faut pas l’avoir trop froid. D’abord pour des raisons purement techniques, parce que ça consomme plus d’électricité et que chez EPC on est écolos. Mais aussi pour des raisons de durabilité, hein, parce que votre frigo durera plus longtemps si vous le mettez moins froid. Mais nous ne sommes pas sur un site de comparateurs de frigos mais bien sur le Blida blog, c’est-à-dire un site qui parle de Champagne.

Reprenons le fil de notre réflexion. Pour avoir un Champagne à température idéale, il convient donc de le placer quelques heures (trois ou quatre devraient normalement suffire) dans votre frigo. Si vous n’avez pas de frigo parce que vous êtes en pique-nique, pas de panique ! Une glacière avec des pains de glace fera l’affaire. Et si vous êtes patron d’un bar (le débit de boisson, pas le poisson), optez pour des seaux remplis de glace. C’est assez efficace, puisqu’en une ou deux heures votre Champagne sera prêt pour le service. D’ailleurs, puisque l’on parle du seau de glace, vous êtes plutôt glaçons ou glace pilée ?

Puisque vous êtes des lecteurs très sympathiques, on peut vous offrir une petite astuce : pour refroidir encore plus vite votre bouteille dans votre seau de glace, n’hésitez pas à ajouter du sel. On vous jure, c’est prouvé chimiquement : ça va accélérer la vitesse de refroidissement ! 

 

 

Le problème central

Le problème central reste la question de la température idéale de service. Bien sûr, il serait tentant de dire que “la bonne température, c’est ni trop chaud ni trop froid”. Sauf que bon, c’est pas très précis. Pour résoudre cette obscurité, regardons un peu les caractéristiques du Champagne.

Le Champagne, déjà, c’est un vin. Un vin pétillant (mais pas n’importe lequel), certes, mais un vin avant tout. C’est dans les arômes qu’on retrouve toute la richesse du Champagne, dans ces odeurs que certains se plaisent à décrire avec des mots énigmatiques – pointes de lilas, bourgeons de rose… – se dessine la finesse du Champagne. Mais ce n’est pas tant identifier les odeurs que les aimer qui est important. Et pour ne pas les tuer, il ne faut pas servir le Champagne trop froid. En dessous de 8°C, il vaut mieux servir un verre d’eau de que de gaspiller du Champagne. J’exagère à peine ; vraiment, en dessous de cette température, le Champagne perd toute sa volupté. 

Par contre, au dessus de 13-14°C, le Champagne va sentir l’alcool. C’est bête, quand même. Pour à peu près tous les Champagne, il faut donc essayer de viser entre 8 et 12°C pour être sûr d’avoir quelque chose de bon et d’agréable (c’est quand même le but au départ, non ?). C’est pour ça que EPC a développé une pastille thermosensible sur la contre-étiquette, qui devient bleu pastel lorsque la température de la bouteille est entre 8 et 12°C !

 

 

Petits conseils de service

Si on veut un peu plus rentrer dans les détails, il faut aussi se pencher sur la bouteille une fois qu’elle est ouverte. Vous vous en doutez, la bouteille va se réchauffer au contact de l’air – à moins que vous ne viviez au Pôle Nord, mais dans ce cas, il faudra plutôt mettre votre bouteille au micro-onde pour l’avoir à bonne température. Pour éviter que la bouteille ne se réchauffe trop, vous avez trois options : la remettre au frais, utiliser un seau à glace ou la boire très vite. 

Je vous conseille d’utiliser un seau à Champagne, mais par contre, gare aux erreurs lors du service. En boîte de nuit, par exemple, la bouteille est souvent emmaillotée dans une serviette, mais c’est une abomination : l’étiquette doit rester visible ! Pour éviter les gouttes, il suffit d’utiliser un torchon pour essuyer la bouteille lors du service. 

Cependant, la bouteille ne fait pas tout : il y a aussi le verre. Quand vous versez votre Champagne dans votre verre, il va se réchauffer d’environ deux degrés – encore plus si vous mettez vos doigts sur le verre. Encore un détail technique, oui, mais un détail toujours bon à savoir : si votre Champagne est trop frais, servez-le et il va se réchauffer tout seul. 

Maintenant, vous savez tout sur le Champagne… alors bonne dégustation ! 

 

Jean Nouaille-Degorce